Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Comité Liaison Etats généraux Psychiatrie - réaction


Rédigé le Dimanche 1 Février 2004 à 00:00 | Lu 2529 commentaire(s) modifié le Jeudi 1 Janvier 1970



COLEGPSY
Comité de Liaison des Etats Généraux de la PSYchiatrie
Site EGPsy

Le texte des 4 pages de janvier 2004 en ligne vendredi 16 janvier 2004, par COLEGPSY

Composition

Fédération Française de Psychiatrie (FFP) : soit la quasi-totalité des associations scientifiques françaises de Psychiatrie

Tous les syndicats de psychiatres français :

* Comité d'Action Syndical de la Psychiatrie CASP :
* Union Syndicale de la Psychiatrie
* Syndicat National des Psychiatres Privés
* Syndicat Universitaire de Psychiatrie
* Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux
* Syndicat des Psychiatres Français
* Syndicat des Médecins Psychiatres des Organismes Publics, Semi-publics et Privés.
* Intersyndicale de Défense de la Psychiatrie Publique IDEP :
* Syndicat des Psychiatres d'Exercice Public
* Syndicat des Psychiatres de Secteur

Syndicat National des Psychologues SNP

Association des Internes : Association pour la Formation Française et Européenne en Psychiatrie AFFEP

Fédération CGT de la santé et de l'action sociale
SUD Santé

Associations en santé mentale

* SERPSY
* CEMEA
* Fédération Croix Marines

Associations d'infirmiers

* ANFIIDE
* ASCISM
* CEFI-Psy

Secrétariat

Yannik Cann, Caroline Ferreira, J.-J. Laboutière, Alain Letuvé, Olivier Schmitt, Jean-Pierre Vérot, Elie Winter.

3, rue Bauderon de Sennecé - 71000 Mâcon
Tel : 03 85 39 19 78 - Fax : 03 85 38 62 07
Mailto


Editorial

Beaucoup d'articles, de textes, de rapports, voire de débats concernant la psychiatrie se réfèrent aujourd'hui à nos États Généraux. C'est dire sans doute l'immense succès de cette manifestation et le point d'ancrage qu'elle représente pour tous les professionnels concernés.

C'est une lame de fond qui a déferlé et qui continuera : la psychodynamique, la clinique du sujet, le refus du réductionnisme, l'alliance entre l'objectivable et l'intersubjectif, ont été réaffirmés comme la base théorique indispensable à toute pratique psychiatrique de qualité.

Ces États Généraux ont produit des motions et élaboré 22 mesures d'urgences : c'est à ces fondements que nous devons nous référer pour tenter d'analyser, voire de comprendre, le déferlement impressionnant de textes, amendements et autres plans qui nous submergent depuis la rentrée : le plan hôpital 2007, le rapport Cléry Melin, le RCM (Réglement Conventionnel Minimal pour les psychiatres libéraux), l'amendement Accoyer.

Rentrée bien chargée et quelque peu vertigineuse

Une délégation du Comité de Liaison rencontrera bientôt Les Drs Clery-Melin, Pascal et Kovess pour échanger à propos de leur rapport. Intelligent, approfondi, s'appuyant sur nombre de conclusions des États Généraux, posant correctement toute une série de questions, ce texte a des atouts pour nous séduire. Mais apporte-t-il les bonnes réponses aux vraies questions qu'il pose ? Déjà les premiers débats que nous avons eus au sein du Comité de Liaison laissent apparaître des points importants de désaccords avec ce rapport.

Concernant la psychothérapie, permettez-moi de douter des propositions qui y sont faites. Les professionnels ont besoin de liberté pour pouvoir exercer leur art, et non de contraintes réglementaires étouffantes. La pénurie de psychiatres doit-elle se retourner contre eux et contre les patients qui se confient à eux, doit-elle charger la barque des autres professionnels dont les sous-effectifs se font et se feront douloureusement ressentir si rien de consistant n'est vraiment réalisé ?

L'amendement Accoyer, qui n'aurait dit-on aucun rapport, même s'il reconnaît la légitimité des psychiatres et des psychologues, semble enfoncer le clou. Mis à part le bonheur qu'il offre aux médias et à ceux qui y ont " entrée libre ", les professionnels de la psychiatrie perçoivent, ici encore, la tentative de mettre en place une politique qu'ils ont clairement dénoncée et refusée aux États Généraux : la standardisation de la psychothérapie.

Les risques d'un tel projet sont majeurs, et les effets délétères assurés : il suppose le morcellement, le découpage, le cloisonnement, à l'image des mécanismes de clivage, de déni et de dé-liaison pulsionnelle dont souffrent les personnes que nous soignons. Un comble !

En parlant pour la psychothérapie, nous parlons bien sûr pour toute la dimension soignante en psychiatrie : la codification des psychothérapies est la porte ouverte à la codification de tous les aspects du soin.

Une formation initiale et permanente de qualité doit nous permettre, en fonction de chaque personne, de son évolution, de ses demandes, du moment de son histoire, des avancées de la théorie et de la science, d'adapter les réponses thérapeutiques appropriées et individualisées.

Nous ne voulons pas de codification ou de standardisation ! C'est l'un des cris collectifs des États Généraux. Il doit continuer à résonner encore plus fort aux oreilles des décideurs.

Dr Hervé BOKOBZA


Les États Généraux nous ont fédérés - Continuons !

Confédération Française des Syndicats de Psychiatres CSFP

Intermède remarqué au cours des États Généraux de la Psychiatrie : les Présidents des huit syndicats de psychiatres sont montés à la tribune pour annoncer la création de la Confédération Française des Syndicats de Psychiatres (CFSP).

Ils se sont de nouveau réunis le lundi 22 septembre 2003 pour discuter de la proposition de statuts qui avait été préparée par Roger Salbreux. Quelques modifications ont été demandées et vont circuler pour approbation avant le dépôt officiel. Cette nouvelle structure rassemblera l'ensemble des syndicats de psychiatres français publics et privés avec les six syndicats constitutifs du Comité d'Action pour la Psychiatrie (CASP) et les deux syndicats composant l'Intersyndicat de Défense de la Psychiatrie Publique (IDEP).


CGT, FO, SUD Santé, CEMEA, SERPSY, AS.CISM, CEFI-Psy, ANFIIDE, déclarent urgent de réformer la formation infirmière pour mieux intégrer la spécificité des soins infirmiers en psychiatrie.
Considérant l'urgence, les trois organisations syndicales CGT, FO, Sud Santé et cinq associations de professionnels de psychiatrie, CEMEA, CEFI-Psy, SERPSY, AS.CISM et ANFIDDE, décident d'engager un travail avec la volonté d'aboutir à des propositions communes et d'interpeller le Ministre de la Santé sur la nécessaire mise en place d'un Plan Urgence Emploi Formation propre au secteur de la psychiatrie.

Réunis le 10 septembre 2003 à l'initiative des États des Généraux de la Psychiatrie et conformément à la motion 4 votée part les 2000 professionnels de psychiatrie réunis à Montpellier, ils réaffirment avec force le besoin de repenser l'organisation et le contenu de la formation infirmière, afin que soit inclus un enseignement pertinent pour un exercice en psychiatrie et déclarent urgente la réforme de la formation infirmière pour que soit mieux respectée la spécificité des soins infirmiers en psychiatrie.*

En dix ans, la preuve a été faite de l'inadéquation et de la disparité de la formation des infirmiers.

Depuis vingt ans, de nombreux postes infirmiers ont disparu : de nombreux IFSI ont fermé. Aujourd'hui, un grand nombre de postes infirmiers demeurent vacants. Au regard de la démographie infirmière, l'écart entre les besoins et les moyens va encore s'aggraver.

Les recommandations de la circulaire DGS/DHOS n° 2003/366 du 10 juillet 2003, relative à la mise en oeuvre des enseignements en santé mentale, ne suffisent pas à pallier les carences actuelles de l'enseignement en psychiatrie dans les IFSI.

Le projet de réforme des études des professionnels de santé doit être reconsidéré et reconstruit. Les trois organisations syndicales et cinq associations refusent la parcellisation des travaux de réflexion et la multiplicité " des groupes de travail ".

La consultation des différents professionnels, de leurs organisations et de leurs associations ne peut se substituer aux instances consultatives officielles. En conséquence, le Conseil Supérieur des professions paramédicales et le Comité Consultatif de Santé Mentale doivent être informés et consultés rapidement. La profession attend du Ministère plus qu'une simple déclaration de bonnes intentions. Un véritable Plan Emploi Formation, avec un volet spécifique pour la psychiatrie, doit être mis en oeuvre. Nous exigeons que le contenu d'un enseignement théorique et pratique en soins psychiatriques soit redéfini et nous demandons au Ministère de contrôler que son application soit effective dans l'ensemble des IFSI du territoire.

Fait le 12 novembre 2003.

Copie adressée à CFTC, CFDT, CGC, SNCH, UNSA, CEFIEC, avec invitation à s'associer à cette déclaration commune afin de faire grandir un rapport de force nécessaire à la mobilisation en psychiatrie.

>>> Voir l'avancée de ce travail sur le site des EGP.


États Généraux - Les suites : Rencontre avec le Ministre

LES PROFESSIONNELS DE LA PSYCHIATRIE S'ESTIMENT INCOMPRIS PAR LE MINISTRE DE LA SANTÉ (D'après l'Agence Reuters le mercredi 9 juillet 2003).

Une délégation du comité d'organisation des États généraux de la psychiatrie organisés en juin à Montpellier, représentant les différentes catégories professionnelles en psychiatrie, a été reçue mercredi par le ministre de la Santé.

"Sur les questions de fond et leurs déclinaisons, la délégation a constaté un important décalage entre la position du ministre et les propositions de l'ensemble des professionnels réunis à Montpellier", a indiqué vendredi dans un communiqué le comité d'organisation des États généraux.

"La nécessaire reconnaissance de la spécificité de la psychiatrie n'a pas été entendue, comme en témoigne le rejet de la revendication d'un budget national spécifique pour la psychiatrie", déplorent les professionnels.

Estimant que le ministre "ne semble pas avoir pris la mesure de l'extrême urgence et de la particularité des problèmes", les professionnels de la psychiatrie demandent une entrevue avec le président de la République afin de lui "présenter les conclusions des travaux des États généraux et solliciter son appui".

Néanmoins, les professionnels se réjouissent que Jean-François Mattei reconnaisse "l'importante place qu'occupe la psychiatrie au sein des questions de santé publique".

Selon eux, le ministre serait prêt à prendre certaines dispositions propres à la discipline, notamment sur le thème de la formation des infirmiers et des internes, l'accès au dossier médical et l'hospitalisation sous contrainte.

Consultez le compte rendu complet de la rencontre avec le Ministre sur le site des EGP ?id_article=264


États Généraux et Plan d'action pour le développement de la psychiatrie et la promotion de la santé mentale

Il nous a paru important, suite aux EGP et à la publication de ce rapport d'étape élaboré par les membres de la mission ministérielle confiée par Jean-François Matteï à Clery-Melin, Vivianne Kovess et Jean-Charles Pascal que l'un des auteurs puisse s'exprimer à ce sujet dans le cadre l'information adressée à chaque inscrit. Cette réponse de Jean Charles Pascal, receuillie le 15 novembre dernier n'engage en aucune manière les positions du Comité de Liaison et de son secrétariat.

"À travers 130 propositions réparties dans sept axes prioritaires, le Plan d'Actions que Philippe Cléry-Melin, Viviane Kovess et moi-même, avons remis au Ministre de la Santé fin septembre, s'inscrit dans une démarche volontairement pragmatique et opérationnelle. Il apparaît, en comparant le rapport d'étape avec les motions, les engagements et les mesures d'urgence établies à Montpellier, que beaucoup de nos recommandations vont dans le sens des exigences établies lors de cette grande manifestation. Il appartient maintenant aux différents acteurs du champ de la psychiatrie et de la santé mentale, et particulièrement à la coordination des États Généraux, quand ils seront consultés par le Ministre, de soutenir les propositions qui font consensus, mais aussi de compléter, de discuter le Plan sur les points de désaccord.

La co-sectorialité partielle, dans l'espace communautaire et à l'hôpital ainsi que l'organisation territoriale conduiront à une meilleure complémentarité des soins. L'activation de la première ligne qui permettra une mise en réseau d'objectifs communs pour l'ensemble des partenaires et l'articulation du service public avec le pôle conventionnel libéral, ne nous semblent pas en opposition avec les objectifs fondamentaux de la politique de secteur, bien au contraire. La coordination et la diversification du dispositif psychiatrique, sont susceptibles d'améliorer de façon très significative l'offre de soins et de la rendre plus conforme aux attentes des patients et aux exigences citoyennes de notre discipline.

En fait, la question clé est celle de la démographie médicale et infirmière en psychiatrie, car si ce point ne trouve pas une rapide solution, tous les États Généraux et tous les Plans d'Actions à venir s'inscriront dans la virtualité. Au-delà de la répartition géo-démographique inégale et des problèmes strictement professionnels et matériels, une certaine désaffection pour la psychiatrie doit nous conduire à nous interroger sur l'image de notre spécialité et sur sa capacité à évoluer.

Confrontons nos convictions, méfions-nous de nos certitudes."

Le rapport d'étape répond-il aux 22 mesures d'urgence ?

LE COLEGPSY prépare une journée de débat sur la mission Clery-Melin pour le premier semestre 2004


L'amendement Accoyer ne doit pas nous diviser
L'amendement Accoyer a suscité un grand débat même s'il a eu l'effet regrettable d'exacerber des réactions épidermiques, corporatives ou autres. Dans sa dernière formulation, il reste inacceptable : une réglementation ne peut concerner que les pré-requis de l'exercice. Les professionnels de la psychiatrie se sont exprimés, et leurs réponses convergent sur un consensus dur, cohérent avec les motions des États Généraux, et que le Comité de Liaison exprime ainsi :

"Conduire une psychothérapie n'est pas un métier mais une fonction. Elle ne peut être assurée dans de bonnes conditions que par des intervenants qui possèdent une solide formation en psychopathologie, une expérience clinique de la pathologie et de la relation, une éthique du respect de la personne avec la déontologie qui en découle, et la nécessité de rendre compte à leurs pairs de leur façon d'assurer cette fonction. En aucun cas, sinon au risque d'être pathogène, cette fonction peut se suffire d'une technique quelle qu'elle soit. Toute évaluation standardisée n'a aucun sens dans un domaine aussi complexe. légiférer sur sa nature et ses applications reviendrait à vouloir codifier l'âme humaine."

Le site des États Généraux poursuit sa fonction d'information de liaison et d'échange

Vous pouvez voir et télécharger l'ensemble des textes concernant les États Généraux et leurs suites, les débats et prises de position, les actions locales

Consultez le régulièrement !
Enrichissez-le de vos apports et des informations locales.

Et la psychiatrie médico-sociale associative ?

Chacun a pu remarquer le trop peu de place réservé à la psychiatrie (secteur médico-social) au cours des États Généraux de la Psychiatrie et le faible nombre des représentants de ce secteur dans l'assistance ou les ateliers. Chacun sait que depuis quelques décennies nous assistons à la démédicalisation de ce secteur, par négation de la dimension des soins, alors que la psychiatrie associative assure encore la plus large part de la psychiatrie infanto-juvénile (C.A.M.S.P., C.M.P.P., I.R., etc.)* et que ce secteur absorbe un nombre sans cesse croissant de cas de psychiatrie lourde.

Doit-on y voir un rejet des maladies mentales chroniques dans le champ du handicap, un déni de la psychopathologie et de la souffrance psychique propre aux handicapés, un calcul économique ou une simple ignorance ?

En tout cas, nous croyons qu'il ne faut pas sous-estimer la dépression et la souffrance des professionnels eux-mêmes, tellement méprisés et réduits à un rôle de caution pour le financement de l'Assurance Maladie qu'ils n'ont plus le goût et la force de se défendre.

Pour que cette "maladie" ne soit pas contagieuse ? Aidez-nous à vous défendre. Roger Salbreux

CAMSP : Centre d'Action Médico-Sociale Précoce
CMPP : Centre Médico-Psycho-Pédagogique
IR : Institut de rééducation.

Le film des États Généraux est disponible !
Vous pourrez le recevoir contre un chèque de 20 euros à l'ordre de "Cyclope Images" adressé à : Cyclope Images 3, rue Bastide 34000 MONTPELLIER


Comités Locaux ou Régionaux

Signalez au secrétariat l'existence du vôtre, vos coordonnées et vos travaux pourront être mis sur le site. Profitez du film pour vous réunir !


Le projet ministériel Hôpital 2 007

Encore plus de mainmise administrative, secteur en péril, porte ouverte à la privatisation aux dépens des moins solvables… Il va à l'encontre des motions des États Généraux ! La grande majorité des syndicats de soignants appelle à deux journées d'action les mardi 16 décembre 2003 et jeudi 22 janvier 2004


Actualité | Historique, Textes, rapports, débats ... | Ecrits des psychologues | Réactions psys




Collèges de psychologie, expérimentation : questions & réponses


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss

Partager ce site

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Les annonces

Vidéos
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 5970 vues
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 854 vues
SOCIÉTÉ
Senja STIRN | 16/02/2014 | 1453 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 955 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 609 vues
Qui sommes nous ?
Senja STIRN | 23/12/2013 | 486 vues
Neuropsychologie, Psychologie clinique & Santé
Senja STIRN | 24/06/2013 | 1068 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 940 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 1676 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 7358 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 1833 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 2272 vues