Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Livre vert Santé mentale, adopté le 14/10/2005 par la Commission européenne


Rédigé le Lundi 30 Janvier 2006 à 03:30 | Lu 1123 commentaire(s) modifié le Lundi 30 Janvier 2006



Lancement d’une consultation au niveau européen sur la santé mentale.

Le 14 octobre 2005, la Commission a adopté un livre vert “Améliorer la santé mentale de la population. Vers une stratégie sur la santé mentale pour l’Union européenne” (COM(2005) 484 finale du 14 Octobre 2005).

Ce livre vert vise à ouvrir, dans le cadre du plan d’action européen, un large débat sur les moyens d’améliorer la gestion de la maladie mentale et la promotion du bien être mental au niveau de l'Union. Cette initiative devrait déboucher le cas échéant sur l'élaboration par la Commission d'une proposition de stratégie de l'Union en matière de santé mentale d'ici à la fin 2006.

<b>Pourquoi la santé mentale est-elle importante ?</b>

<i>La bonne santé mentale : un atout</i>

Santé et santé mentale vont de pair. Une bonne santé mentale est importante pour l’individu comme pour la société : elle permet au premier de s’épanouir sur le double plan intellectuel et émotionnel, de trouver et de tenir sa place dans la vie sociale, scolaire et professionnelle ; elle représente pour la seconde une source de cohésion sociale et de plus grande prospérité socio-économique et facilite la transformation de l’Union européenne en une société cognitive.

<i>Le fardeau des troubles mentaux</i>

Les troubles mentaux sont très répandus et affectent une proportion non négligeable de citoyens – jusqu’à 27 %, selon certaines études – ; tout le monde ou presque aura dans son entourage une personne qui souffre ou qui a souffert d’une pathologie mentale.
Ces troubles peuvent nuire grandement à la qualité de la vie des malades et de leurs familles et sont l’une des causes majeures d’invalidité. Sur le territoire communautaire, leurs formes les plus répandues sont la dépression nerveuse et l’anxiété : en Europe, la dépression touche chaque année 4,5 % de la population totale et l’on s’attend qu’elle devienne, d’ici à 2020, la deuxième cause d’invalidité dans les pays développés.

<i>Une conséquence des troubles mentaux : le suicide</i>

En l’état actuel des choses, le suicide fait chaque année plus de victimes que les accidents de la route dans l’Union européenne (quelque 58 000 morts contre 50 700). Les troubles mentaux peuvent pousser au suicide ou à la tentative de suicide. Dans 90 % des cas, le passage à l’acte est précédé d’épisodes psychiques, souvent de nature dépressive.

<i>Santé mentale et santé physique</i>

Les étroites relations qui unissent la santé mentale et la santé physique sont de mieux en mieux connues : par exemple, les maux de dos sont souvent la conséquence de troubles mentaux ; quant à la dépression, elle représente un facteur de risque des maladies cardiaques.
Inversement, les personnes atteintes de maladies chroniques ou de longue durée sont, en règle générale, plus fréquemment touchées par une dépression majeure que le reste de la population. D’autre part, une comorbidité associant des troubles mentaux à une affection physique est liée à un respect moins scrupuleux du traitement et à de moins bons résultats thérapeutiques.

<i>Le coût social et économique des troubles mentaux</i>

Les troubles mentaux ne posent pas seulement un problème de santé publique : au-delà de leurs conséquences pour les malades et leurs familles, ils grèvent sévèrement les ressources de la société et de ses mécanismes économiques, éducatifs, sociaux, pénaux et judiciaires. Ils figurent parmi les trois principales causes d’absence au travail et expliquent de nombreux départs à la retraite anticipés ou mises en invalidité professionnelle. On a calculé que le coût économique des troubles mentaux se traduisait par une baisse du produit intérieur brut de 3 à 4 % due, essentiellement, à une perte de productivité.

<i>Stigmatisation, discrimination et droits fondamentaux : trois domaines dans lesquels il faut venir à l’aide des malades mentaux</i>

L’exclusion sociale et la stigmatisation des malades mentaux et les discriminations à l’encontre de ces derniers demeurent une réalité. Les traitements et les soins qui portent atteinte aux droits fondamentaux et à la dignité de ces malades entraînent un sentiment de défiance à l’encontre de la société et, partant, une diminution du « capital social » de l’Union.
Que peut-on faire dans le domaine de la santé mentale ?
Les informations recueillies dans le contexte de diverses actions – dont celles qui relèvent des programmes communautaires voués à la santé publique – montrent que l’on peut intervenir dans ce domaine de manière efficace et profitable. Investir dans la santé mentale peut se révéler aussi utile et fructueux qu’investir dans la santé physique, ainsi qu’il ressort de multiples exemples de projets visant à promouvoir la bonne santé psychique, à alléger le fardeau des troubles mentaux et à protéger les droits et la dignité des malades.

Plus d'information sur les projets dédiés a la Santé Mentale co-financés dans le cadre de programmes Européens de Santé Publique ...


<b>Mandat de la Commission européenne dans le domaine de la santé mentale</b>

L’instrument communautaire pour la santé mentale s’inscrit actuellement dans le programme mis en place par l’Union européenne en faveur de la santé publique pour la période 2003-2008, lequel se fonde sur l’article 152 du Traité instituant la Communauté européenne. Toutes les actions engagées à ce titre doivent tenir pleinement compte des responsabilités des États membres quant à l’organisation de services de santé et à la fourniture de soins médicaux.

Ce programme comporte divers volets :

Information sur la santé (améliorer information et connaissances dans la perspective du développement de la santé publique), Menaces pour la santé (améliorer la capacité de réagir à ces menaces de manière prompte et coordonnée), Facteurs déterminants pour la santé (promouvoir la santé et prévenir la maladie par la prise en considération de ces facteurs dans toutes les politiques ou activités), Recoupement des thèmes pour refléter la méthode intégrée (garantir un haut niveau de protection de la santé publique dans la conception et la conduite de toutes les politiques et activités communautaires par la mise en avant d’une stratégie intégrée et intersectorielle de la santé, démarche qui sera menée conjointement à d’autres initiatives pour répondre à diverses questions, dont celles des incidences de l’élargissement sur ce domaine et du développement de la communauté de la santé), et Élimination des inégalités en matière de santé (encourager la coopération entre États membres dans les secteurs visés à l’article 152 du Traité).


<b>Qu’a fait la Commission européenne jusqu’ici dans le domaine de la santé mentale ?</b>

Vue d’ensemble

Depuis 1997, la santé mentale occupe une place grandissante dans les politiques communautaires – tous thèmes confondus – grâce à divers projets et activités politiques.
Le rapport intitulé Mesures pour la santé mentale donne un aperçu des projets et activités auxquels la Commission a apporté son soutien entre 1997 et 2004.

La Commission européenne cofinance un nombre non négligeable de projets sur la santé mentale dans le contexte des programmes communautaires consacrés à la santé publique.

Depuis 1999, la Commission européenne a participé à diverses manifestations portant sur la santé mentale. Vous trouverez ici la liste des plus importantes d’entre elles (61KB).


Groupe de travail sur la santé mentale

En 2003, la Commission européenne a créé un groupe de travail sur la santé mentale ; celui-ci a pour tâche de contribuer à l’amélioration de l’information et des connaissances dans ce domaine et de promouvoir la santé mentale et le bien-être ainsi que la prévention des maladies mentales.


Conférence ministérielle européenne de l’OMS sur la santé mentale

Aux côtés du ministère des Affaires sociales et de la Santé de Finlande et du Conseil de l’Europe, la Commission européenne a collaboré à l’organisation de la Conférence ministérielle européenne de l’OMS sur la santé mentale (Relever les défis, bâtir des solutions) qui s’est tenue à Helsinki du 12 au 15 janvier 2005.



De l'Hopital 2007 à l'Hopital 2012 | Plan Santé mentale | Rapports et textes officiels | OMS et Europe | Psychologues en question | Divers




Collèges de psychologie, expérimentation : questions & réponses


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss

Partager ce site

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Les annonces

Vidéos
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 7283 vues
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 1003 vues
SOCIÉTÉ
Senja STIRN | 16/02/2014 | 1707 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 1133 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 788 vues
Qui sommes nous ?
Senja STIRN | 23/12/2013 | 600 vues
Neuropsychologie, Psychologie clinique & Santé
Senja STIRN | 24/06/2013 | 1248 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 1075 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 1886 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 9070 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 2017 vues