Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le despotisme de l'évaluation marchande


Rédigé le Jeudi 17 Juin 2004 à 00:00 | Lu 2645 commentaire(s) modifié le Samedi 6 Octobre 2012




DE LA PART DE L'A.R.P. :

"Le despotisme de l'évaluation marchande - Le cas de la santé


"L'obsession calculatrice, caractéristique de l'empire de la rationalité économique, s'empare aujourd'hui des moindres replis de la vie humaine, de la vie sociale et de la vie de l'esprit, avec pour nom magique " évaluation ". La santé, dans toutes ses dimensions, est prise dans cet étau. Ainsi la justification de la réforme à venir de l'assurance-maladie s'appuie sur un discours comptable et managerial, cherchant à se parer des atours d'une nouvelle sagesse qui serait toute vouée à la qualité des soins et au bien public.
La santé mentale intéresse particulièrement nos réformateurs et " les psy ", psychiatres, psychanalystes, psychothérapeutes, psychologues, font les frais de cette entreprise rationalisatrice. Sous prétexte de combler un vide juridique et de faire oeuvre de sécurité publique, l'amendement Accoyer, devenu amendement Mattei, a été voté en octobre 2003, sans trace de débat public. Il vise la réglementation de la pratique des psychothérapies, il réglemente l'exercice de la profession et organise sa dissolution dans le corps médical puisque le seul fait d'être médecin suffirait pour être considéré comme psychothérapeute. En démocratie, on se croyait prémunis d'une intervention réglementaire dans le champ de la santé mentale, contrairement aux régimes autoritaires ! Mais pourquoi donc cet acharnement à défaire, au nom de la santé publique et de la sécurité, ce que les associations de psys ont raisonnablement construit depuis des années pour réguler leur activité ?"
"Le plan d'action Clery-Melin de " réorganisation du champ de la santé mentale ", rendu public au même moment que le vote des amendements, est éclairant. Les psychothérapies doivent désormais être traitées comme des " soins ", c'est-à-dire des outils répertoriés dans une nomenclature standard, selon une typologie d'actes techniques repérables, standardisés, permettant la quantification et l'évaluation comptable. La santé mentale se trouve réduite à la production et à la consommation de soins, de biens et services de santé, produits et prescrits en fonction de nomenclatures précises. En accord avec le raisonnement techno-économique qui donne à voir le monde comme un rapport entre des choses au lieu d'un rapport entre des humains, ce n'est plus la personne qui se trouve soignée, c'est la maladie. Dans un tel registre de pensée, l'écoute devient auscultation et diagnostic codé et les pratiques de la parole devraient laisser la place aux thérapies cognitivo-comportementales, comme le préconise d'ailleurs un rapport récent de l'INSERM qui tombe à point !"

"Ces changements vont de pair avec le développement récent des neuro-sciences, et de la psychiatrie biologique. Ils témoignent de sociétés rongées par le libéralisme où les individus se trouvent atomisés, où les corps sont eux-même isolés, dépouillés de leur dimension sociale ou politique, biologisés."

"La santé transformée en soins est débarrassée de toute dimension éthique ou politique et peut devenir une marchandise comme les autres, dont la valeur est donnée par le principe d'utilité économique qui a été défini par Léon Walras, l'un des grands penseurs de la science économique néo-classique à la fin du XIX° siècle :
" Je dis, je dis que les choses sont utiles dès qu'elles peuvent servir à un usage quelconque et en permettent la satisfaction (S). Il n'y a pas davantage à tenir compte ici de la moralité ou de l'immoralité du besoin auquel répond la chose utile et qu'elle permet de satisfaire. Qu'une substance soit recherchée par un médecin pour guérir un malade, ou par un assassin pour empoisonner sa famille, c'est une question très importante à d'autres points de vue, mais tout à fait indifférente au nôtre "."

"C'est par cette entreprise de rupture avec la philosophie morale et politique que la science économique a cru pouvoir se revêtir des vertus de la neutralité scientifique et que l'argument économique se donne comme argument d'autorité, neutre et indiscutable. C'est ainsi que se trouvent dangereusement réunis le scientisme et l'idéologie marchande."

"Voilà pourquoi " l'évaluation " qui généralement précède les " réformes ", ressemble à une traque de l'inévaluable, à l'exclusion du gratuit, de tout ce qui n'obéit pas au rythme et aux classements du plan comptable et de l'équivalence marchande. Elle constitue l'habillage pseudo-scientifique d'une gestion boutiquière de la santé, de la construction d'un système médical et sanitaire de plus en plus subordonné à des impératifs de gestion manageriale."

"Ce despotisme de l'évaluation va bien au-delà de la santé, il touche tout ce qui prétend échapper à la logique marchande et un raisonnement quasiment similaire aurait pu être établi à propos du savoir et de la recherche publique."

de Genviève Azam, économiste, membre du Conseil scientifique d'Attac France
in : http://www.attac.org/indexfr : la lettre d'information "Grain de sable" de l'organisation ATTAC (c'est gratuit... comme le besoin de connaissance)


Qui sommes nous ? | FORMATION | EXERCICE | FICHES PRATIQUES | RECHERCHE | Clin du jour | ARCHIVES | SOCIÉTÉ | MANGER ET VOYAGER AVEC UN(E) PSY | PENSEURS & ACTEURS DE LA PSYCHOLOGIE




Collèges de psychologie, expérimentation : questions & réponses


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss

Partager ce site

L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Les annonces

Vidéos
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 4668 vues
SOCIÉTÉ
Senja STIRN | 12/01/2015 | 1287 vues
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 702 vues
SOCIÉTÉ
Senja STIRN | 16/02/2014 | 1297 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 813 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 502 vues
1 sur 3