Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

J.A. Miller écrirait qu'il est temps que le titre unique cesse d'exister et que la psychologie se divise !


Rédigé le Vendredi 1 Février 2008 à 23:15 | Lu 2052 commentaire(s) modifié le Mardi 7 Octobre 2008



Nous nous permettons de vous transmettre cette curieuse information ci-dessus dont les teneurs sembleraient suggérér que la psychanalyse post-lacanienne (dans son sens historique) prendrait la psychologie clinique dans ses ailes et lui conseillerait la scission d'avec d'autres branches de la psychologie. Espérons que ce n'est qu'une erreur d'interprétation.

Certes, les partisans d'une psychologie cognitiviste ruent dans les brancards de la psychologie clinique à l'Université et que cela est inadmissible, mais si en plus les psychanalystes non-psychologues s'y mêlent, cela donne des situations cocasses :


Alors que la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, s'apprête à sortir des décrets d’application de l’article 52 de la loi concernant le titre de psychothérapeute, le milieu psychanalytique s'agite. Pourtant "il n’y a plus aucun contentieux depuis que Bernard Accoyer a renoncé à son premier texte qui se risquait à définir les diverses psychothérapies", affirme Jacques-Alain Miller, gendre de Jacques Lacan et directeur du département de psychanalyse de l’université Paris-VIII, dans Libération du 19 janvier. L'amendement Accoyer reviendrait sous une forme bien atténuée. Mais pour Jacques-Alain Miller, le combat est devenu permanent. La psychanalyse est menacée à terme et elle subit des pressions de plus en plus fortes notamment dans les milieux universitaires.

Des psychanalystes s'agitent donc dans les média en redoublant notamment de descriptions caricaturales des courants scientifiques qui leur sont opposés et en s'arrogeant un droit exclusif de se pencher sur la subjectivité humaine.

Ils font aussi preuve d'une ignorance des approches psychologiques scientifiques qu'ils critiquent et utilisant notamment comme cliché, efficace bien qu'erroné, que les thérapies cognitives behaviorales ne traitent que les symptômes sans se soucier du psychisme de l'individu et sans recours au travail "de la parole".(1)

Dans Le Monde du 18 janvier, Elisabeth Roudinesco s'exprime ainsi:"Ainsi s'opposent deux conceptions de l'homme. L'une, fréquente dans la philosophie anglophone, préconise que le sujet soit "naturalisé" pour rejoindre le monde de l'animalité : la fin de l'exception humaine. Et pour ce sujet-là, qui ne doit plus penser mais obéir, seuls sont retenus, s'il souffre, des traitements rapides évalués par des experts et agissant par dressage sur des comportements visibles. Foin de psychisme, le sujet naturalisé n'a droit qu'à des médicaments d'un côté et à des thérapies cognitivo-comportementales (TCC) de l'autre.
L'autre conception, issue de la tradition européenne continentale - phénoménologie et psychanalyse -, considère au contraire que pour traiter la souffrance de l'âme, des approches dites "dynamiques" ou "relationnelles", plus longues, sont nécessaires pour accompagner ou non les traitements chimiques, tant l'homme se sépare de l'animal par la parole.

"Et, de proclamer les psychanalystes comme seuls détenteurs d'une compétence d'accès à la subjectivité:"

Depuis quarante ans sont délivrés dans les départements de psychologie des formations cliniques qui se réclament de la psychanalyse et sont désormais menacées par des experts issus de la psychologie expérimentale ou cognitive. Une fois de plus, on demande à des spécialistes de donner un avis sur ce qu'ils ne connaissent pas : un boulanger juge un serrurier. D'où un conflit d'intérêts, puisque ces experts adhèrent à une conception de la subjectivité contraire à celle des cliniciens."

À ce sujet, Jacques-Alain Miller propose que l'université mette "d'un côté la psychanalyse, la psychologie clinique, et la psychopathologie. Et de l’autre, la psychologie expérimentale et cognitiviste. Chaque domaine avec ses compétences propres. Faute de quoi, la psychanalyse disparaîtra très vite de l’université." (Libération, 19 janvier).

Un problème est que la psychologie clinique et la psychopathologie font partie des domaines de compétence de la psychologie cognitive.(1)
Alors que l'approche cognitive behaviorale (ou cognitivo-comportementale) consiste souvent, bien au contraire, à traiter des attitudes, des états émotifs, des modes de réaction, de pensées et de fonctionnement qui se sont principalement élaborés à partir des expériences de l'enfance. Bien entendu, il s'agit d'un travail d'envergure qui se fait "par la parole".

Sources:
Le Monde
Libération



Et ci-dessus une partie du commentaire d'une collègue psychologue dont nous taisons le nom pour ne pas la mettre dans l'embarras - en nous excusant de sortir l'extrait de son contexte :

... Bref, la psychopathologie de la vie quotidienne est à réinventer, sous le malaise de la civilisation qui prend des allures de science fiction. Jacques-Alain Miller lance ici un débat.
Curieuse, je suis allée sur le site de Libé ce soir, pour lire les réactions et je vois, les bras m'en tombent, 0 réaction. Distraction toujours ? Timidité encore ? Peur déjà ? Quel est ce mal secret qui tient les langues déjà coites, les bouches cousues, rend les gens frileux ? Où est la solidarité qui a animé notre pays en bien des circonstances ? Le courage peut encore user de la parole, profitons-en, non ?
Et les psychologues ? Auront-ils le courage de débattre entre eux de leurs formations respectives, de leurs domaines d’intervention, des limites de leurs actions ? Seront-ils enfin modestes, rigoureux, respectueux de la parole dans leurs échanges et vifs sans flagornerie ?

Il est temps, a écrit Jacques-Alain Miller, que le titre unique cesse d’exister, que les cliniciens se regroupent, et les cognitivistes aussi, chacun de son côté.

Le syllogisme que je propose à notre réflexion a la structure d’une phrase interrompue :
1. il est impossible à la pulsion de se résorber dans la statistique. 2. Pourtant, nous ne pouvons nous passer de statistiques... 3 il est donc urgent que les uns et les autres nous fassions des propositions qui tiennent compte de ce paradoxe.

20/01/2008 à 23:44


Source de l'ensemble : PsychoMédia - Publié le 19 janvier 2008


Système de santé public & privé | SNP | Psy K | FFPP | EFPA Fédé européenne | Emplois & Stages | Actualité politique France - Europe | Psychologues en colère | Psychothérapie | Santé mentale | Sauvons la clinique | Université | Echos du psychologue en Europe | Divers | Autres organisations, écoles ...




Collèges de psychologie, expérimentation : questions & réponses


Suivez-nous
Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss

Partager ce site

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Les annonces

Vidéos
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 6600 vues
Lire Voir Ecouter
Senja STIRN | 12/01/2015 | 889 vues
SOCIÉTÉ
Senja STIRN | 16/02/2014 | 1512 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 1005 vues
Vidéos
Senja STIRN | 09/02/2014 | 660 vues
Qui sommes nous ?
Senja STIRN | 23/12/2013 | 508 vues
Neuropsychologie, Psychologie clinique & Santé
Senja STIRN | 24/06/2013 | 1115 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 972 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 1732 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 7677 vues
Vidéos
Senja STIRN | 30/09/2012 | 1867 vues